CHRONIQUES EUROPE 1DERNIERS ARTICLES

Haricots coco, cuisine du Portugal et cuisines plurielles d’Afrique

Au menu de la Table des Bons Vivants: des cocos de Paimpol, de la cuisine régionale et des cuisines d'inspiration africaine

Retrouvez l’émission en cliquant sur le lien suivant:

 

La Table des Bons vivants

 


Invitée du jour:

Le dîner Solidaire “Afghanes the Power!” organisé lundi 27 septembre au Ground Control à Paris (12e) au profit de l’Association Enfants d’Afghanistan et d’ailleurs. Avec entre autres, les chefs Giovanni Passerini, Alessandra Montagne, Baptiste Trudel ou Adrien Ferran… (50€ pour 5 assiettes de chefs engagés)

Chronique du jour: les cuisines africaines, multiples, sortent du bois

Imany, parmi vos tables préférées, il y a l’Ethiopia, rue du Chemin Vert à Paris (11e), où l’on mange des poulets en sauce, des ragoûts de bœuf et des plats végétariens. C’est de la cuisine éthiopienne… qu’il ne faudrait pas enfermer dans le vocable de « cuisine africaine ».

Parce que, souvent, on regroupe toutes les cuisines d’Afrique ensemble, comme si elles n’avaient aucune différence. C’est à peu près aussi absurde que si l’on parlait de « cuisine européenne », en mettant dans le même sac la choucroute, les spaghettis ala vongole ou la paëlla…

En plus, cette expression a véhiculé des clichés à la peau dure : trop épicée, trop grasse et même pas assez photogénique pour les réseaux sociaux… etc. Et tout cela, c’est très mal connaître le sujet, surtout quand on voit le dynamisme du domaine aujourd’hui… Ces cuisines sont largement plus riches et variées que ces idées reçues et elle mérite qu’on les découvre.

54 pays et autant de cuisines “africaines” différentes

Effectivement, il y a 54 pays en Afrique et donc autant de cuisines différentes. Et la bonne nouvelle, c’est qu’une jeune génération de chefs secoue ces recettes pour nous prouver qu’il n’y a pas que le mafé et le yassa dans les cocottes de l’Afrique.

Comme les créateurs de mode africains avant eux, les chefs cuisiniers sortent (enfin) du bois : en Afrique, vous pouvez les découvrir sur le site www.chefsinafrica.fr et en France, dans de multiples néo-bistrots, food trucks ou tables gastronomiques qui prouvent cette vivacité :

Ces plats africains n’ont rien à envier à la cuisine sud-américaine ou asiatique, qui ont pourtant explosés bien avant eux. Ils correspondent à l’époque : ils sont souvent végétariens, naturellement sans gluten et respectueux des saisons.

Des jeunes chefs qui mélanges les inflences africaines, japonaises, françaises…

Du Cameroun au Mali, du Congo au Tchad, on retrouve toutes les influences dans les assiettes des jeunes chefs… Par exemple :

Gloria Kabe, cheffe privée et traiteure et ses pancakes à la fécule de manioc ou ses makis de riz noir au gingembre

Mori Sacko chez Mosucke, et son poulet yassa aux oignons des Cévennes et sudachi (agrume japonais)

Georgiana Viou, aux manettes du restaurant Rouge à Nîmes, et son aile de raie au lait de piment vert.

Et aussi, vous pouvez aller visiter le food truck « New Soul Kitchen » des frères Rudy et Joel Laine en banlieue parisienne ; les Tontons Afro à Lille (afrotapas) ou encore le chef Elis Bond, qui ouvre son restaurant ses jours-ci à Montmartre…

Comme ça, Imany, vous avez d’autres adresse à visiter, si cela vous chante.

Haricots coco, cuisine du Portugal et cuisines plurielles d'Afrique

Charlotte Langrand

Journaliste au Journal du Dimanche (JDD) rubriques Gastronomie-Cuisine, santé-bien-être

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page