RESTAURANTS

Les Apothicaires, l’émotion dans l’assiette

La cuisine à quatre mains de Tabata et Ludovic Mey, à Lyon

Lyon 6e. €€. Cuisine de chefs bistronomique.

Déguster la cuisine à quatre mains de Tabata et Ludovic Mey redonne le sourire pour longtemps. Un sourire béat, presque bêta, comme lorsqu’on vient de recevoir ce petit cadeau de plus en plus rare : avoir été surpris, avoir senti sa curiosité bouger à nouveau, enfermée dans le tiroir blasé dans lequel elle baillait, entourée de jolis mets savoureux mais toujours trop semblables (pitié, épargnez les poulpes rôtis).

Passée en 2012 par Top Chef et déçue par l’image erronée qu’on y a donnée d’elle, Tabata Mey avait presque raccroché le tablier. Heureusement, première cheffe à prendre la tête d’un restaurant de chez Paul Bocuse (Marguerite), la brésilienne y rencontre son second mari, Ludovic, alors seconde de cuisine, et les deux toques se décident à se lancer dans une aventure à quatre mains. Une histoire de couple, une osmose sentimentale, devant et derrière les fourneaux, qui s’incarne dans une cuisine commune (et grande ouverte sur la salle) avec une vraie force de proposition, qui ne s’interdit aucune audace ni influence.

Restaurants : Les Apothicaires, l'émotion dans l'assiette
Houmous de soja noir et “pork floss”
Restaurants : Les Apothicaires, l'émotion dans l'assiette
La cannette confite aux grenades et chou chinois
Restaurants : Les Apothicaires, l'émotion dans l'assiette
Dessert au chou kale déshydraté, crème à la cardamone et praliné pécan
Restaurants : Les Apothicaires, l'émotion dans l'assiette
La salle des Apothicaires

     

    On commence par un ébouriffant houmous de soja noir avec un « pork floss » asiatisant (du bœuf déshydraté en condiment, léger comme du coton) vivifié au vinaigre blanc ; on enchaîne sur une cuisse de cannette confite et fondante, aux grenades et au chou chinois. Enfin, les amoureux explosent tranquillement les codes du dessert avec une assiette de chou kale déshydraté (pour le croustillant), disposé sur une crème de cardamone (pour la douceur) et un praliné pécan (pour la gourmandise). Les découvertes glanées lors de leurs voyages (plantes, infusions, baies, épices…) trouvent subtilement leur place dans la ville des Bouchons et on reprendrait bien plus souvent une ordonnance de saveurs chez ces apothicaires-là !

    Charlotte Langrand

     

    La montée : le hoummous de soja noir au pork floss

    La descente : Un poil trop de chou kale dans le dessert, pour ceux qui trouveraient son goût trop fort

    Le signe distinctif : la table pour une ou deux personnes à réserver au dernier moment, sur le passe de la cuisine

     

    Les Apothicaires

    23, rue de Sèze, 69006, Lyon

    Formule déjeuner : 24€ entrée-plat ou plat-dessert. 28€ entrée-plat-dessert

    Menu découverte en cinq services : 42€

    www.lesapothicairesrestaurant.com

     

     

    Charlotte Langrand

    Journaliste au Journal du Dimanche (JDD) rubriques Gastronomie-Cuisine, santé-bien-être

    Articles similaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Bouton retour en haut de la page