bien-êtretendance zen

Belles plantes: les nouvelles herboristeries

Via les tisanes ou dans les herboristeries, les remèdes de grands-mère sont en voie de réhabilitation

Pour lire cet article en pdf, cliquez ic: les-nouvelles-herboristeries

« Pisse-mémé » Ce surnom-repoussoir a longtemps désigné les infusions de nos grands-mères. De vulgaires eaux chaudes amères, qu’on avalait en se pinçant le nez. Les nouvelles générations ne les voient plus sous cet angle: plantes aromatiques et médicinales infusent dans leur quotidien, ressuscitées en potions magiques propres à soulager les maux communs: rhume de saison, sommeil perturbé ou circulation sanguine difficile… Les remèdes de grands-mères sont en phase de réhabilitation.

La conscience écologique favorise l’enthousiasme pour les remèdes naturels

«Cet engouement grandit, constate Christophe de Hody, herbaliste et botaniste de terrain. Il est lié aux prises de conscience du public en matière d’écologie, de manger «sain», de locavorisme et de respect de sa santé». Le naturopathe organise plusieurs fois par semaine des cueillettes urbaines*, à paris (Aux Bois de Vincennes, de Boulogne et au parc des Buttes-Chaumont) et en Ile-de-France, pour découvrir les vertus ignorées des plantes. Ces séances attirent un large public, intrigué par ces organismes vivants à portée de main: on compte 50 à 60 inscrits aux balades en participation libre et une vingtaine pour les sorties payantes.

 Les nouvelles herboristeries

Balades éducatives dans les jardins publics

Pour eux, la verdure indifférenciée des Buttes Chaumont prend un nouveau relief: on y distingue le tilleul aux feuilles riches en protéines, le lierre terrestre qui lutte contre les bronchites, l’origan sauvage, antiseptique et digestif… «Les gens en ont peur car ils ne les connaissent pas mais il suffit d’apprendre progressivement et c’est à la portée de tous», poursuit le guide. A condition de privilégier une cueillette éloignée des routes et d’éviter les sols pollués, on peut facilement apprivoiser les plantes, qui font partie du même patrimoine végétal que celui de la campagne. A Paris, il existe plus de 500 espèces aux usages comestibles et médicinaux.

Les nouvelles herboristeriesLes Français retrouvent aussi le chemin des herboristeries, ces officines que fréquentaient nos ancêtres, plus érudits en la matière. L’étude des plantes constitue une connaissance ancestrale transmise de générations en générations. On compte 55 points de vente d’herboristeries en France- comprenant quelques pharmacies éclairées. On en trouve de Paris à Marseille (celle du Père Blaise, depuis six générations), en passant par l’herboristerie de la Croix Rousse à Lyon ou celle de la rue d’Amsterdam à Paris, une des plus anciennes d’Europe. «On voit des clients de plus en plus jeunes, poursuit Michel Pierre, patron de l’herboristerie du Palais-Royal depuis 45 ans et Président du syndicat des herboristeries, le Synaplante. Ils portent une attention à leur santé et à l’environnement qui n’existait pas chez les générations précédentes, et questionnent beaucoup nos conseillers.»

Malgré le plébiscite, les officines sont menacées

Malgré cet intérêt, les officines survivent en nombre restreint: ce savoir patrimonial a été mis à mal en 1941, quand le régime de Vichy décide d’abroger le diplôme d’herboriste au profit de celui de pharmacien. Le dernier herboriste français s’est ainsi éteins le mois dernier, à l’âge de 97 ans. La vente des plantes est toujours strictement encadrée et les herboristeries n’ont le droit de vendre que les 153 plantes «libéralisées», c’est-à-dire autorisées à être vendue en-dehors des pharmacies. «Si le diplôme était à nouveau reconnu, nous pourrions vendre les 350 plantes non toxiques, sans effets secondaires et sans interaction médicamenteuse qui existent, comme en Espagne, Italie, Allemagne…, poursuit Michel Pierre. La France est le seul pays européen à ne pas reconnaître la profession.»

Les nouvelles herboristeriesCette législation profite à d’autres. «Paradoxalement, les plantes qui nous sont interdites sont autorisées à la vente sous forme de compléments alimentaires», déplore le spécialiste. Ce créneau prometteur attire les marques: Weleda sortira en avril sa première gamme de compléments alimentaires à orientation de santé (sommeil, articulations, relaxation, mémoire et concentration).

Les nouvelles tisanes

Les herboristeries ont pourtant vu arriver sur le marché un allié inattendu: de nouvelles gammes de tisanes. Ces breuvages, plus qualitatifs, ont ringardisé les éternelles infusettes insipides, estampillées «après-repas» ou «nuit calme». «Jusqu’ici, l’infusion était le parent pauvre du rayon thés et cafés, même les restaurateurs pointus proposaient un choix de piètre qualité, affirme Laura Guillemin, cofondatrice de Chic des Plantes ! On assiste à un revival glamour et qualitatif des tisanes. Nous travaillons avec un pharmacien, une aromaticienne et la chef Amandine Chaignot.»

Si le marketing s’obstine toujours à rendre «sexy» les remèdes de grands-mères, on voit quand-même émerger de jolies marques gourmandes et réconfortantes, comme Yogi Tea, Pukka, Le Bénéfique, Lov Organic… Elles sont souvent bios et made in France. Les mélanges, non broyés et faits avec les parties nobles de la plante, n’ont pas besoin d’arômes artificiels pour avoir bon goût. L’éternelle saveur «fruits rouges» peut compter ses jours.

Charlotte Langrand

*www.lechemindelanature.com

Charlotte Langrand

Journaliste au Journal du Dimanche (JDD) rubriques Gastronomie-Cuisine, santé-bien-être

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer