bien-êtreOrdonnances de saison

L’ordonnance de l’été

La belle saison, ses grandes vacances et son soleil, est celle de l’énergie à son maximum.

Pour lire l’article dans sa version pdf, cliquez ici: ordonnance-de-lété

La tête : le moment de l’épanouissement

Après avoir vécu le réveil du printemps, nous entrons dans la saison de la quintessence de l’énergie. Elle se déploie largement, pour célébrer l’action et le potentiel physique de chacun est à son apogée. « C’est l’époque de la maturation. Si l’on devait la comparer à un âge, ce serait la trentaine : on est dans l’épanouissement, la sublimation le fleurissement, explique Bertrand Bimont*, ostéopathe et praticien en médecine traditionnelle chinoise (MTC). Pour les chinois, l’été est associé au couple d’organes Coeur-Intestin grêle. Le cœur est considéré comme l’empereur de tout le corps. »

L'ordonnance de l'été

Protéger le coeur et l’esprit

Il a donc besoin de profiter et de capter la chaleur de la saison, sans tomber dans l’excès de canicule: « il va se servir de l’élément « feu » estival pour nourrir le reste du corps, poursuit Bertrand Bimont. Le coeur est aussi associé à une émotion, la joie, et abrite le « Shen », l’esprit ». Un été vécu avec trop d’excès peut provoquer une agitation et avoir des conséquences sur l’humeur, troublant la conscience, la mémoire, la pensée, le sommeil… « Cela peut aussi provoquer un manque de discernement ou un excès de jugement, précise le praticien. Il faut donc éviter de manger ou de boire un peu trop, même si les tentations sont grandes à cette période et qu’il n’est pas question de se priver de vie sociale. » Au contraire, l’époque est aussi propice à l’activité et à la dépense physique. « Après l’hiver, le printemps est une renaissance progressive mais l’été est une vraie potentialisation de la mise en action, car c’est la saison du yang, du mouvement, » conclue-t-il. Idéal pour éliminer les excès des apéritifs, avec une pratique sportive, aux heures les plus fraîches.

*www.tendancesante.net

Le ventre : rester vigilant

L’alimentation estivale devient souvent un casse-tête? Si la chaleur pousse à manger froid et cru, les vacances incitent aussi à la détente et aux soirées autour du duo infernal «apéro-barbecue». «L’apéritif n’est pas l’ennemi numéro un des vacances, rassure Lise Lafaurie, nutritionniste et auteur du blog Les frites vertes**. Mais si on ne veut pas aborder la rentrée avec des kilos en plus, il faut rester vigilant sur sa composition car il peut doubler la ration calorique d’un repas. » Son conseil: côté liquides, opter pour le vin (rosé, blanc sec ou rouge), le champagne ou la bière plutôt que pour des cocktails sucrés et caloriques; côté solide, privilégier les fruits de mer (crevettes, bulots, bigorneaux), les olives vertes et troquer les chips, cacahuètes et saucissons, trop salés, contre des crudités à tremper dans des sauces au fromage blanc.

Surveiller son assiette tout en profitant des apéros

Attention cependant aux intestins fragiles : «l’association crudités-yaourt, qui sont des aliments «humidifiants», ralentissent la fonction de la rate et l’incite à stocker, explique Bertrand Bimont. Dans ce cas, on privilégie les légumes cuits ou grillés.» Pour s’offrir une assiette anti-rétention d’eau, il faut aussi suivre quelques règles, parfois à l’encontre des réflexes estivaux, qui veulent qu’on consomme plus de végétaux l’été: «Il faut manger suffisamment de protéines qui facilitent le passage de l’eau des tissus vers les vaisseaux sanguins, poursuit Lise Lafaurie. On dit donc oui aux barbecues et à la plancha, avec des viandes maigres et des poissons. » L’été étant plus propice à l’activité extérieure et au sport, il ne serait pas forcément justifié de manger moins. «Il faut simplement savoir que les plats estivaux sont plus caloriques qu’ils en ont l’air, comme la tomate-mozzarella, les salades arrosées d’huile, les antipasti, les merguez, les côtes de bœuf ou les glaces et les sodas… », prévient la diététicienne. En parallèle, on freine sur le sel et on force sur l’hydratation en buvant beaucoup.

**www.lesfritesvertes.blogspot.com

Les jambes : attention aux gonflements

L’été n’est pas synonyme que de réjouissances. Pour beaucoup de monde, c’est aussi le retour des jambes lourdes, de la rétention d’eau ou des gonflements dus à la chaleur… Avant de se ruer sur les méthodes invasives qui vont des machines drainantes au bistouri, il existe des massages pointus qui soulagent, en alliant plusieurs techniques.

Formée chez des kinésithérapeutes, Patricia Mondargan a élaboré une méthode de «gymnastique passive des tissus» qui associe plusieurs disciplines: le drainage Vodder, qui stimule chaque ganglion lymphatique des aisselles, de l’aine, de la clavicule et du cou; le drainage du colon, pour aider la digestion, essentielle pour régler ce type de problèmes ; le pétrissage suédois, qui oxygène la peau ; le palper-rouler et le Wetterwald, qui chauffent les tissus, activent la circulation de la lymphe et l’évacuation des toxines. «La circulation lymphatique est activée par le mouvement, explique Patricia Mondargan. Si l’on est sédentaire, elle ne bouge pas et s’encrasse. Il faut donc une gymnastique manuelle pour l’intégralité du corps, afin de le drainer et le sculpter.» (2h, 160€).

l'ordonnance de l'été

Booster sa circulation

Initiée à l’acupuncture ou la psychothérapie,  Martine de Richeville a aussi créé un modelage pour vaincre toutes les formes de cellulite et éliminer les toxines. Il s’inspire des méthodes de soin holistiques appliquées à l’amincissement. Loin d’être focalisé sur la seule culotte de cheval, ce massage en profondeur s’attarde sur le ventre, le dos ou les bras pour activer les circulations sanguines, lymphatiques et énergétiques. (50mn, 180€)

Cumulés à une reprise en main globale de son hygiène de vie (conseils alimentaires, hydratation optimale, sport), ces soins décuplent les résultats sur la santé (rétention d’eau, digestion) et esthétiques (cellulite). Mais mieux vaut savoir que, pour désengorger la peau, le massage doit être appuyé et donc parfois douloureux. Un traitement de fond avec plusieurs séances est souvent nécessaire.

www.patriciamondargan.com

www.martinedericheville.com

Charlotte Langrand

Charlotte Langrand

Journaliste au Journal du Dimanche (JDD) rubriques Gastronomie-Cuisine, santé-bien-être

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer